Les grands spectacles

Les vendredi et samedi soir de la fin de semaine fransaskoise étaient animés par ce qu'on appelait « les grands spectacles ». Les premières années, on invitait presque exclusivement des artistes fransaskois, puis on a cherché à attirer des artistes de l'extérieur, surtout des
« vedettes » québécoises, dont Édith Butler et Jim Corcoran. Cette formule a par contre toujours été contestée. Pourquoi ? Si les Fransaskois apprécient assister à un spectacle, ils savourent davantage le plaisir des retrouvailles. En 1992, les organisateurs sont déçus par l'accueil réservé à l'artiste Jim Corcoran qui peine à attirer l'attention des spectateurs. « On ne peut pas demander à 500 personnes de rester assises alors qu'elles ne se sont pas vues depuis un an », commente Jean Liboiron dans l'Eau vive à la suite de cet incident. Dans le même article, on remet en question le principe des grands spectacles et on se demande si on ne devrait pas plutôt organiser plusieurs petits spectacles qui permettraient de réunir tout le monde autour d'un verre en écoutant de la musique.

Commentaires des acteurs impliqués

Laurier Gareau, directeur des programmes au CCF de 1992 à 2008, explique que les artistes invités du Québec étaient fort appréciés des festivaliers sans pour autant faire courir les foules.
(537ko)


La Fransaskoise Hélène Marchildon de Zenon Park questionne les grandes dépenses qu'implique d'inviter des artistes de l'extérieur de la province.
(1142ko)



Archives

« La fin des grands spectacles », 6 août 1992